En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Economique et Commerciale Economique

Témoignages d'anciens élèves

Par Bruno GREBILLE, publié le dimanche 19 décembre 2010 07:25 - Mis à jour le dimanche 25 novembre 2012 11:22

En octobre 2011, nous avons demandé par mail à d'anciens élèves de nous remplir un questionnaire pour informer les élèves de terminale. Après un bref descriptif de leur parcours ils devaient répondre aux trois questions :

Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?

Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?

Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?

Voici pêle-mêle leurs réponses

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Commentaires
NB : les commentaires sont désormais clos
  • Jean 22ans a intégré Audencia (Nantes)

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Assistant Chef de Projet Web, Ubisoft (3ème éditeur mondial de jeux vidéo) en stage d'année de césure. <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La Classe Préparatoire a été pour moi une formidable expérience ! Ca a tout d'abord été les deux années les plus enrichissantes de ma vie, d'un point de vue intellectuel surtout, mais également humain. Deux années pendant lesquelles on se dépasse, on suit des cours extrêmement intéressants et de manière intensive, on se sent aidé et encadré, c'est précieux et ça n'est pas donné à tout le monde ! Je sais que ce sont les années où j'ai le plus appris sur moi-même, sur mes capacités et mes limites. Ca a été aussi l'occasion de forger des amitiés très fortes avec les gens de ma classe, ces personnes qui partagent tous les moments, bons ou mauvais, et qui traversent les mêmes épreuves que vous. Des amitiés qui perdurent puisque aujourd'hui encore, je suis en colocation avec deux de ces amis, et je retrouve plusieurs fois par an ce groupe de 11 personnes qui réussit à se réunir malgré les chemins divers pris par chacun ! <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Le travail demandé était conséquent bien sûr, mais l'ambiance saine et solidaire qui régnait dans la classe a indéniablement contribué à le rendre plus facile ! Notre classe avait opté pour l'optimisme, et cela se faisait ressentir dans l'ambiance pendant les cours, qui était sérieuse, travailleuse, mais pas pesante. C'est, je crois, ce qui fait la spécificité du lycée Ozenne : il faut être solidaire, le groupe est très important, et la compétition n'est pas aussi prégnante que dans d'autres classes prépa. On ne laisse pas tomber un élève, et il est bon de se sentir accompagné par ses enseignants et par ses pairs, car deux ans, c'est long ! Je garde également un excellent souvenir de la qualité de vie au lycée (sans parler de celle de Toulouse qui est une ville extraordinaire). La pause déjeuner par exemple était précieuse car nous étions particulièrement bien traités par les membres du personnel (Christine, Brigitte, René…) de la cantine! Une telle qualité de vie a été primordiale durant ces deux années. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Un an avant de rentrer en prépa, je ne me destinais pas du tout à ça, je n'y avais pas pensé et à vrai dire, je pensais plutôt faire carrière dans le sport ! C'est après une présentation que j'ai appris qu'on pouvait intégrer une grande école de commerce de cette façon, et un peu sur un coup de tête, pour me lancer un défi, j'ai décidé de tenter l'aventure ! Mon premier conseil sera donc de foncer et de présenter un dossier ! Même si on pense que c'est trop dur, qu'on n'y arrivera pas, que deux ans c'est trop long, passer par la prépa ne peut être qu'enrichissant dès lors qu'on s'y met ! Les deux années passent très vite dans un tel climat, on sent qu'on fait des progrès, qu'on est "à fond" même s'il y a des hauts et des bas, on sait que l'enseignement est de qualité ! Nulle part les cours ne seront aussi intéressants, l'enseignement aussi complet et les professeurs aussi impliqués dans votre réussite qu'en prépa. Un des gros avantages d'une prépa commerce, c'est qu'on est sûr de trouver une place quelque part à la fin, même si on n'intègre pas HEC ou l'ESSEC : ce ne seront donc pas des années "perdues". Mais surtout, et en dehors de ce que peut vous apporter une classe prépa "sur le papier", ces deux années sont une période où l'on apprend énormément, sur soi et sur les autres, où l'on mûrit, et où on a la chance de se concentrer pleinement sur sa propre construction. Je ne pensais pas pouvoir dire ca une jour lorsque j'y étais, mais c'est une véritable chance que de passer par là !
  • Marion 19 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiante à ESCP Europe <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La classe préparatoire m’a appris à travailler et à m’organiser. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Très bonne ambiance dans la classe, très soudée, avec un travail de groupe efficace. Pas bonne communication et travail avec les professeurs. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Ca vaut le coup et il ne faut pas avoir peur de la charge de travail.
  • Marion 22ans a intégré l'ESCEM (Poitiers)

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Responsable Marketing à Red Alimentaria (Buenos Aires)- Etudiante <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> -Rigueur -Aptitudes au travail -Mes meilleures amies <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Assez mauvaise au sein même du Lycée, plutôt excellente une fois en groupe à l’extérieur. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Formation large, ne pas hésiter
  • Gaël, 22 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiant en dernière année à l’EDHEC Business School (Lille) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> - D’excellentes méthodes de travail - De nombreuses connaissances culturelles (grâce aux cours et aux élèves venant de partout en France et de l’étranger) - De nombreux et excellents moments avec ma promo et les professeurs (khôles, soirées, …) - De la confiance en moi (grâce notamment aux khôles mais aussi à la grande charge de travail que j’ai réussi à accomplir avec succès). <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> - Beaucoup de solidarité entre élèves de la promo et au sein de chaque groupe de khôle (il n’y a vraiment pas cette ambiance de compétition tant redoutée). - Souvent assez détendue entre les professeurs et leurs élèves : on sent vraiment que les professeurs sont là pour nous, ils nous font confiance mais n’hésitent jamais à nous dire les choses en face quand il le faut ! - Très conviviale en dehors des cours. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Un seul et unique conseil : bien réfléchir aux débouchés de la prépa !!! Ne pas faire une prépa juste parce qu’on en a les moyens mais parce que c’est le meilleur moyen d’atteindre le diplôme ou la spécialisation souhaitée pour avoir la carrière professionnelle envisagée !
  • Saad, 20 ans, a intégré HEC

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiant en grande école <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La classe préparatoire m’a appris à mieux m’organiser, non seulement pour mes études, mais aussi dans mon quotidien. La CPGE, c’est biensur du travail, de l’engagement, un don de soi. Mais les deux (ou trois, voire quatre pour les plus passionnés !) années de prépa sont aussi l’occasion de mieux se connaître, et de communiquer de manière efficace. La classe préparatoire m’a principalement permis de m’ouvrir aux autres, et de me dépasser. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Le premier contact est important. Mais au fil des deux années, nous avons appris à mieux nous aider. Le soutien mutuel a été un élément important de la réussite de notre promotion. Les professeurs ont tenu à mettre en place un suivi personnalisé. Ce qui veut dire qu’on a dû, en plus de suivre les cours, travailler individuellement pour progresser encore plus. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> J’encourage tous ceux qui ont à cœur de progresser humainement, à aller en classe préparatoire. Le mythe de la prépa se dissipe très vite. Il y a une vie sociale même pendant cette période ! Je conseille aux intéressés de bien s’organiser pour ne jamais saturer, et envisager le concours comme un challenge, pas comme une corvée. NB : Je suis prêt à répondre à des questions éventuelles. Mon e-mail : <a href="mailto:saad.chaouki@hec.edu">saad.chaouki@hec.edu</a>
  • Boris, 20 ans, a intégré l'ESCP

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiant <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Méthode de travail, rigueur, résistance au stress, capacité à m’exprimer oralement sur un sujet (que ce soit en français ou dans une autre langue), et une bonne bande de potes ! <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Très bonne ambiance dans la classe. Différences en termes d’exigence et de rigueur selon les professeurs, mais toujours gérable. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> N’hésite pas, c’est une voie extrêmement formatrice, tu passeras énormément de bons moments même s’il faut parfois beaucoup travailler. Mais le jeu en vaut (largement) la chandelle !
  • Guillaume, 22 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Étudiant en 2ème année à Audencia Nantes <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La classe préparatoire apporte une véritable valeur ajoutée au profil d’un étudiant. En ce qui me concerne, la classe préparatoire m’a permis d’élargir et de consolider ma culture générale, ma curiosité d’esprit et ma capacité d’adaptation, compétences très appréciées des employeurs. Mais la prépa, d’après ce que j’ai pu remarquer autour de moi, peut vous permettre de développer votre mode d’organisation, votre rigueur, votre capacité de synthèse et d’analyse… Au final, ce que vous apporte la prépa dépend de ce que vous décidez d’en faire, et c’est là le véritable atout de la prépa. On pense souvent que la prépa forme des élèves dans un moule, mais c’est tout le contraire qui se produit : la prépa vous fournit la matière afin que vous puissiez construire vous-même votre profil et votre parcours. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Une autre grande idée reçue concernant la prépa est que l’ambiance est stressante, opressante au niveau du travail, que l’on n’a pas de vie sociale… J’ai passé 3 ans en prépa, et je peux dire, sans exagérer, que ce sont les 3 plus belles années de mon parcours scolaire. L’ambiance est plus au travail qu’à la fête, c’est évident, mais savoir décompresser fait également partie du savoir-vivre en prépa et est nécessaire afin de vivre une prépa agréable et de réussir ses concours. Ce que je retiens principalement de l’ambiance prépa, c’est l’amitié qu’on y trouve, l’esprit de solidarité entre les élèves, le soutien et l’implication des professeurs, et de très bons souvenirs, qui me rendent parfois nostalgique de cette époque, même en étant en école de commerce. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Oublie tous les préjugés à propos de la prépa et vis ta propre expérience. C’est en arrivant libéré de toute appréhension sur la vie en prépa que tu pourras profiter pleinement de tout ce qu’elle a à t’offrir.
  • Emeline, 22 ans, a intégré l'ESC Rennes

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b>Etudiante, actuellement en césure en tant qu’assistante chef de produit <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Une manière de travailler et d’appréhender les difficultés complètement différente. Un environnement scolaire à part. Beaucoup de travail individuel, peu de travail en groupe <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Ambiance de travail : beaucoup de travail en individuel où il faut compter sur soi même, mais certains moments où on peut compter sur les autres (surtout sur son groupe de khôl…) Ambiance de vie : la majorité du temps passé au lycée, peu de temps pour soi ; trouver du temps pour dormir et surtout s’avoir s’entourer d’ami(e)s <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Il faut être sûr de son choix, ne pas prendre ce programme à la légère car cela reste difficile Etre préparé mentalement et physiquement pour ces deux années Savoir relativiser et prendre des moments pour soi
  • Pauline, 20 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiante à l’ESC Toulouse (2ème année) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Des connaissances bien sûr mais aussi une méthode et une capacité de travail. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Beaucoup d’entraide, on vit quasiment ensemble, ce qui permet de créer beaucoup de liens. L’ambiance n’est pas à la compétition contrairement à ce qu’on pourrait croire. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> De bien s’attendre à passer beaucoup de temps en cours et à travailler ses cours ensuite même si avoir une vie sociale est possible (si ce n’est indispensable). Et de s’accrocher parce que ça en vaut la peine !
  • Valentine, 21 ans, a intégré Rouen

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Étudiante en 2e année (en stage) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La Classe Préparatoire m’a apporté sur le plan personnel ; elle m’a appris à m’organiser et surtout à relativiser. Au niveau des connaissances, j’avoue avoir déjà tout oublié… <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’ambiance de travail était plutôt agréable ; sur ces deux années, il y avait de l’entraide et beaucoup de soutien, surtout avant et pendant les concours. J’ai gardé contact avec plusieurs personnes après notre entrée dans des écoles différentes. L’ambiance de vie dépend des personnes et du rapport qu’elles ont au travail : personnellement, je gardais du temps pour me détendre et faire régulièrement du sport. J’utilisais une grande partie de mon temps à travailler, mais ma vie n’en était pas réduite à ça. Il y a eu des hauts et des bas, comme dans tous les cursus, mais de nombreux facteurs ne dépendent pas de la prépa et agissent beaucoup sur le cadre de vie. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Je lui conseillerais de ne pas écouter les a priori ; chaque classe préparatoire est différente. Pour savoir ce que c’est, il faut le vivre soi-même. Si cet élève a des difficultés sous la pression, ou s’il ne pense pas pouvoir gérer deux années de travail avant d’intégrer la vie étudiante (hé oui, pendant deux ans, on reste des lycéens), j’aurais un seul conseil : Fuis ! Mais même s’il est difficile, voire impossible, de trouver un étudiant en prépa qui affirme adorer ce qu’il fait, deux ans plus tard, ça en vaut vraiment le coup.
  • Mathieu, 22ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Assistant Category Manager chez HENKEL France SA et étudiant à Euromed Management. <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Rigueur, autonomie, gestion du stress, culture générale, ouverture intellectuelle, organisation, capacité de remise en question et d’analyse. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Normale. Pas plus oppressante ni plus encourageante que dans une autre CPGE. Un corps enseignant correct dans son ensemble. Des infrastructures propices au travail de qualité. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> De voir au delà de la CPGE. D’envisager tous les chemins qui lui permettront d’atteindre le post CPGE (Ecole de Commerce et autres établissements souhaités) avant de s’engager dans cette formation. De bien avoir en tête que le retour sur investissement n’est pas immédiat ni quantifiable au quotidien. Mais que les apports précédemment décrits seront solides une fois les deux années effectuées. Plus concrètement, une CPGE doit être un choix réfléchi et mûri qui ne doit pas uniquement s’inscrire dans le cadre d’une bonne réussite au lycée ou pour flatter l’égo parental. Le futur élève sera amené à être confronté à une charge de travail conséquente qui nécessite un environnement propice au travail. La CPGE s’aborde dans une mentalité de compétition, de remise en question régulière, d’échecs obligés. Le rythme est intense et la réussite ne passe que par une organisation et un travail réguliers et rigoureux tout en ne négligeant (surtout) pas une bonne hygiène de vie.
  • Elaïs, 20 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiante en master 1 à HEC <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Les deux années de classe préparatoires m’ont appris énormément. Elles m’ont appris à travailler, à savoir etre rigoureuse et efficace, à savoir gérer des périodes de stress, à m’exprimer à l’oral, à acquérir une culture générale qu’aucun autre type d’étude n’aurait pu m’apporter. Et puis ces deux ans de prépa m’ont appris à savoir profiter pleinement de toutes les potentialités qui s’offrent à nous en école et nous retirons tous une certaine fierté d’avoir travaillé intensément. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> L’ambiance de travail est plutôt agréable car nous sommes tous dans la meme situation, nous vivons tous les memes épreuves ce qui nous soude et nous permet de tisser des liens forts avec certaines personnes. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Fonce ! tu n’auras aucun regret !
  • Julia, 22ans, a intégré l'ESC Toulouse

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Actuellement en césure chez EADS pour 7 mois en tant que Global Sourcing Expert (EADS Recruitment Center) puis 2ème partie en Asie <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Culture et connaissances riches (malheureusement vite disparues une fois à l’école …) Rigueur, respect des délais/timing Capacité à s’adapter et à gérer une grosse charge de travail Ami(e)s +++ <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Très bonne, studieuse mais pas de « mauvaise » concurrence, beaucoup d’entraide et de moments pour décompresser tous ensemble. 2 ans que je revivrais sans hésiter. Rythme soutenu, (parfois très soutenu) mais une fois qu’on a pris le rythme, cela devient plus une habitude qu’une contrainte. Illustration de l’ambiance de classe (photos fournies sur demande !): 12 ex ECE inséparables, multipliant depuis 3 ans les wkds à Paris, en Ariège,à Biarritz etc. + multiples collocations après la prépa, des retrouvailles toujours aussi intenses et des projets par milliers (Martin pense même que nous devrions vivre en autarcie, à 12…!) <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Ne pas lâcher, même quand on pense qu’on y arrivera jamais, se faire de bons amis sur qui on peut compter quand ça devient difficile (ne pas tenter de concurrencer les gens de notre classe, on a déjà assez de concurrents dans les autres prépas), emmagasiner toutes les connaissances possibles car une fois sortis de la prépa, c’est du concret et ça peut être très frustrant de ne plus avoir l’impression d’apprendre vraiment quelque chose. Foncer en résumé ! Ecouter les profs, ils donnent (parfois) de bons conseils
  • Guillaume, 24 ans

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiant à Audencia en fin de cursus. Recherche poste de chef de produit en développement cosmétique. <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Une immense capacité de travail, d’organisation, d’analyse, de concentration, de réflexion. Je considère mon apprentissage en prépa comme la clé de voûte de ma réussite professionnelle aujourd’hui. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Stimulante, saine, et extrêmement enrichissante. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> De le faire s’il a de l’ambition, l’envie d’apprendre, l’envie de se dépasser, le goût du challenge. Et une fois dedans de s’y donner à fond, tout en continuant à développer sa vie privée.
  • Bastien, 24 ans, a intégré l'ESC Toulouse

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Chef de secteur (commercial) – Groupe Mars (depuis 2 mois) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> La classe préparatoire apporte un certain nombre de facultés qui me sont utiles aujourd’hui. Il s’agit de la capacité à travailler vite et bien, grâce au travail dans l’urgence. La résolution de problèmes en mathématiques ou les différents devoirs en économie, Français ou langues permettent de développer la faculté de réflexion dans la difficulté. D’ailleurs les recruteurs apprécient les profils prépas. On y apprend également l’humilité, car les professeurs attendent de nous le meilleur. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> On est souvent entre étudiants, à la bibliothèque, au CDI,… On s’aide pour résoudre les différents exercices. Il y a également une partie de travail à la maison seul le soir. C’est donc une expérience riche sur le plan humain, d’autant plus qu’il y avait une bonne ambiance entre les étudiants. Le début de la prépa est difficile, on se demande ce qu’on fait là, mais quand on trouve son organisation, tout va mieux. Il faut le temps de trouver comment travailler le plus efficacement. Je n’ai pas vécu la prépa comme un bagne, certes il faut travailler, mais je m’accordais des moments de loisirs. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Je lui dirais de ne pas avoir peur de tout ce qui est écrit dans les livres d’orientation, souvent ceux qui les écrivent n’ont pas fait de prépa. Je ne regrette pas du tout d’avoir fait cette formation, sans elle je n’aurais pas pu rejoindre une école de commerce (sauf via les concours passerelles, mais qui ont des places limitées), et je ne me plairais pas autant dans mon travail aujourd’hui. Je lui dirais que c’est comme le lycée, mais en plus intensif. Je suis satisfait aujourd’hui d’avoir une ligne sur mon CV évoquant ces années en classe préparatoire.
  • Aurélie, 23 ans

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Dernier semestre d’école <b>Votre parcours CPGE/Grande Ecole :</b> 2 ans à Ozenne, cube à Montaigne, ESC Toulouse <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Capacité à travailler beaucoup et à gérer le stress. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Très bonne ambiance entre élèves. Beaucoup de pression de certains professeurs. D’autres professeurs savent vraiment communiquer l’amour pour leurs matières. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Une grosse différence en termes d’exigence et de contenu par rapport à la terminale mais une continuité dans la structure d’encadrement et un renforcement des bonnes méthodes de travail (déjà en place). Il faut avoir envie d’apprendre beaucoup et savoir gérer le stress. Sinon de plus en plus d’étudiants intègrent les grandes écoles par concours parallèles et se retrouvent à notre niveau avec un diplôme supplémentaire (licence ou master) et pas plus mauvais (en effet, contrairement aux prépas ingénieurs qui retrouvent ce qu’ils ont appris en école, les prépas hec se retrouvent à faire du marketing, du droit, de la comptabilité… ce qui n’a pas grand chose à voir avec ce qu’on a appris précédemment en prépa, exception faite de la finance et encore il vaut mieux avoir fait ECS) … à voir.
  • Guillaume, 21 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiant de 2e année à l’ESC Grenoble <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Un immense bagage culturel, une rigueur dans le travail, une ouverture sur le monde et sur les autres (non la prépa n’est pas un cursus où l’on est dans sa tour d’ivoire), des amis sincères, une petite amie, des excellents souvenirs ! <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> L’ambiance générale était bonne, travailleuse certes, mais bonne ! Cependant, j’ai été heureux de m’aménager des moments dans la semaine pour être déconnecté de la prépa, ne serait-ce qu’une heure de lecture le soir, un cinéma (et pas forcément de « l’art et essai », une comédie au Gaumont c’est tout aussi bien !), une balade en ville, un repas entre amis, un peu de sport… Cela permet de décompresser, de mettre de côté le travail un instant et de repartir l’esprit apaisé… Et d’être à coup sûr plus efficace ! <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Tu ne fais pas un bon choix si tu ne viens pas motivé à 100%, c’est certain. Ne te focalise pas trop sur le court terme même si ce n’est pas agréable de « prendre un carton » en khôlle ou en DS, aie plutôt en tête une logique de progression vers les concours, on relativise plus facilement ainsi ! Viens en cours avec le sourire aux lèvres et pas en faisant la gueule ! Sois attentif en cours, ça peut t’économiser beaucoup de travail chez toi. Accroche tes formules de maths et ta conjugaison d’espagnol dans tes toilettes, c’est vraiment efficace !
  • Sandy, 22ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiante en 3ème année à l’ESC Toulouse et apprentie chez GDF SUEZ en tant qu’assistante marketing <b>Votre parcours CPGE/Grande Ecole :</b> 2 ans de CPGE ECE puis ESC Toulouse en 2009 <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Cette expérience m’a permis d’apprendre à m’organiser et gérer mon temps de travail. Ceci m’a permis d’apprendre à prioriser les choses à faire. Cette expérience est bénéfique pour montrer la capacité à travailler, réviser, apprendre de nouvelles informations. De plus, on acquiert beaucoup de culture générale. Ceci nous permet de nous ouvrir sur le monde et de suivre l’actualité. En ce qui me concerne la CPGE m’a permis d’améliorer mes compétences en anglais et en espagnol grâce aux « khôlles » régulières en langues. C’est une bonne expérience à valoriser auprès des employeurs car on peut leur montrer qu’on n’a pas peur de travailler de façon régulière sans vraiment compter les heures. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Pour ma part il y avait une très bonne ambiance grâce à une classe très sympathique. Contrairement aux idées reçues il n’y avait pas de compétition et il y avait beaucoup d’entre-aides entre les élèves… Par ailleurs, les professeurs sont là pour nous soutenir. Bien sûr parfois c’est un peu difficile mais avec les camarades on se soutient car on vit tous la même chose. Et puis je me dis aujourd’hui que ce n’était pas si difficile que cela et que si c’était à refaire je le referai. En effet, je garde de bons souvenirs de la prépa… C’est simplement un rythme à prendre. Finalement les deux ans passent très vite… <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Il ne faut pas avoir peur de la prépa mais il faut être prêt à travailler et à avoir un rythme soutenu de travail. Mais s’ils veulent faire une grande école, la classe préparatoire reste la voie qui leur donnera le plus de chance d’y arriver.
  • Lucie, 21ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> 3e année INSEEC Bordeaux, rentre d’un stage chez Airbus Military à Madrid (en tant que chargé de communication) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Rigueur, méthode, persévérance et endurance ! Un groupe d’amis indétronables Des connaissances certaines et une ouverture d’esprit <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Studieuse et parfois tendue à l’approche de certains samedis… Un rythme soutenu tout au long de l’année Le groupe aide énormément à gérer les temps durs, et je n’ai pas du tout ressenti quelque sentiment de compétition que ce soit. Je pense que notre avons eu la chance d’appartenir à une classe avec un groupe soudé, avec des personnes qui s’aidaient entre elles pour que tous réussissent ! Il en est de même avec les professeurs qui ont été stricts et professionnels en temps voulus, mais qui se sont aussi révélés très sympathiques et d’un grand soutien. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Ne pas penser à l’échec, même si on sait qu’il y a des moments durs à traverser, il faut continuer d’y croire et travailler (et oui pas de miracles !) et vous serez récompensés. Ne jamais se dire que ce sont des années « pour rien » si on échoue ou si on estime que le travail effectué ne nous servira jamais… Erreur, même si certaines connaissances théoriques ne nous resserviront pas directement par la suite, l’expérience en elle-même est tellement riche que vous en retirerez énormément ! Bon courage à ceux qui se lanceront dans cette voie, croyez en vous et levez vous tôt !
  • Magali, 19 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiante à l’EDHEC <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Mon expérience en classe préparatoire m’a apporté un bagage d’une valeur inestimable pour l’avenir, que ce soit le gout de se dépasser, de croire en ses ambitions, ou l’acquisition d’une façon de travailler et de raisonner. Dans les moments difficiles, cela m’a permis de m’endurcir au niveau moral et d’apprendre à ne pas baisser les bras malgré la très grande charge de travail. Enfin, cette expérience m’a permis de créer de réelles amitiés et de vivre 2 ans riches d’excellents souvenirs. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> L’ambiance de travail a été pour moi très positive. Même si chacun travaillait à son rythme, il y avait beaucoup d’entraide et de soutien au sein de la classe ce qui permettait de tenir le coup dans les moments de stress et de pression, qui sont assez nombreux d’ailleurs. Ces deux années imposent certains sacrifices au niveau de la vie étudiante, parce qu’il faut donner la priorité au travail et au repos pour tenir le rythme. Mais le fait de vivre en groupe classe permet de surmonter cela je trouve. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Je pense qu’il est très important d’avoir un objectif en tête (une école ou 2 par exemple) qui vous donne une raison de continuer à s’accrocher. Il y a beaucoup de moments de doutes et de remises en question pendant ces 2 ans, la confiance en soi qu’on peut avoir en terminale est mise à mal, alors il est primordial de savoir pourquoi on est dans cette formation. Il ne faut pas faire une classe préparatoire à moitié : l’investissement pour son travail doit être maximal et il faut être consciencieux. Enfin je pense qu’il est important de signaler que la classe préparatoire ce n’est pas 2 ans où on l’on est malheureux, c’est avant tout une expérience où l’on apprend beaucoup sur soi, où on repousse ses propres limites, et où l’on vit une expérience humaine unique qui restera pour moi très précieuse.
  • Hélène, 19ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiante à l'ESCP Europe <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Au-delà de l’aspect difficile que nous connaissons tous de la prépa, cette expérience m’a apporté, d’un point de vue académique, une excellente méthode de travail fondée sur la rigueur, la persévérance, l’esprit d’analyse et de synthèse, et l’autonomie. Les connaissances enseignées permettent un extraordinaire enrichissement intellectuel même si elles ne sont que peu utiles pour la suite. D’un point de vue humain, cette expérience a vraiment été un moment clé dans mon développement personnel (cf en dessous). <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> L’ambiance de travail était vraiment solidaire, les meilleurs de chaque matière n’hésitant pas à faire profiter les autres de leurs savoirs. L’ambiance de classe et l’émulation ont été un facteur très important de ma réussite, au niveau des études comme du moral. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Tout d’abord, je souhaiterais souligner que le choix d’aller en prépa ne doit pas être anodin : c’est une expérience qui marque un tournant dans la vie, qui révèle en nous (ou du moins dans mon cas) des forces insoupçonnées mais qui nous confronte aussi à nos pires faiblesses (y compris morales). On ressort de la prépa avec bien sûr un bagage académique très important mais aussi et surtout avec une connaissance affinée de soi-même. Je voudrais enfin dire que le passage en école de commerce est formidable, mais ne compense en aucun cas les sacrifices effectués lors de la période en classe préparatoire, pour moi, ce sont vraiment deux périodes séparées, qui ont chacune leurs bénéfices, mais qui restent indépendantes même si la seconde dépend de la première. Maintenant pour les conseils pratiques : - Avant que le choix d’aller en prépa ne soit fait : pour envisager sérieusement cette formation, il faut avoir, bien sûr, une bonne capacité de travail, de la vitesse et de l’efficacité dans l’exécution, etc mais surtout, savoir, au moins partiellement pourquoi on est là (pck on est généraliste, qu’on a des choses à se prouver, pck on aime l’éco, …). C’est cette raison qui permettra de se relever des difficultés rencontrées pdt la prépa. - Une fois en prépa : il faut de la régularité et de la rigueur, au niveau du travail. Au niveau du rythme de vie, il FAUT se ménager, se retrouver autour d’un repas entre amis, aller courir, manger (à peu près) correctement, et DORMIR. La prépa, contrairement à la médecine, s’étale sur deux ans, et la deuxième année était, selon moi toujours, la plus dure (concours oblige). Enfin, il faut se souvenir que la méthode de travail est personnelle, ce qui signifie qu’il n’y en n’a pas de bonne ou de mauvaise, et qu’il faut aussi à un moment donné se faire confiance un minimum (donc les conseils que je donne restent relatifs et dépendent de chacun). Je m’excuse de la longueur de ma réponse, si vous avez réussi à me lire jusque là, j’espère que mon témoignage vous aura apporté quelque chose
  • Angela, 24 ans

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiante en dernière année d’HEC <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Rigueur dans l’organisation de mon travail et dans mon travail lui même. Des capacités de concentration dans la durée Une culture générale incroyable <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Excellente ! Tous les professeurs sont accessibles et j’ai toujours pu m’appuyer sur eux quand j’avais des questions. Les relations entre étudiants sont également très agréables, on ne sent pas vraiment la concurrence entre nous, et le travail en groupe est quasi-automatique. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Excellente formation quand on est prêt à jouer le jeu. Il faut être humble et accepter que ce concours a des consignes très claires, et que les profs les connaissent parfaitement bien, mieux que nous. Cela n’apporte pas grand-chose de jouer le rôle de l’étudiant « rebelle » qui pense pouvoir faire les choses différemment et réussir. Contrairement à ce qu’on dit sur les prépas, cela ne veut pas dire que nous n’ayons pas un grand degré de liberté de pensée, je parle uniquement sur les grilles de notation et les consignes des épreuves. Je crois sincèrement que c’est l’échange régulier avec les professeurs qui aide le plus à savoir quels sont nos défauts et les points de travail sur lesquels il faut insister. Quelle que soit l’issue des concours, les portes ouvertes par les grandes écoles de commerce dans le monde professionnel sont considérables. La prépa vaut vraiment le coup !!
  • Aude, 23 ans, a intégré Grenoble

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> apprentie RH, groupe Saint-Gobain <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Cela m’a surtout apporté des méthodes de travail, une capacité à apprendre rapidement, s’adapter, se concentrer rapidement… Cela m’a aussi donné un bon bagage culturel, des connaissances solides… <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> L’ambiance de travail était difficile, la charge de travail est lourde. On a souvent l’impression d’être débordés et de ne pas s’en sortir. L’ambiance pendant les concours est plus que stressante mais les résultats des concours sont une délivrance. Cependant, il y avait une très bonne ambiance entre les étudiants, beaucoup de solidarité et d’aide entre nous. Il n’y avait pas de compétition entre nous, seulement une bonne ambiance et de la solidarité. Nous étions aussi proches des professeurs qui sont là pour nous aider et non pour nous « punir », c’est pour cela qu’ils nous poussent à dépasser nos limites. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Tout d’abord, il ne faut pas croire ceux qui vous diront qu’une fois que la classe prépa était terminée, l’école de commerce représente « des vacances ». Ensuite, il faut être réellement motivé (et non « poussé » par quelqu’un, que ce soit les professeurs ou les parents…) pour suivre cette formation. En effet, cette formation est difficile et sans une réelle motivation, on ne tient pas.
  • Gwenolé, 21 ans.

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiant en 1ère année à l’Edhec <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Maturité : savoir prendre des décisions efficientes et rapidement Résilience : meilleure gestion des impératifs contraignants, et des problèmes Efficacité : souci d’efficacité dans ce qu’on entreprend <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Entre les élèves : coopérative, collective, et favorable à de bonnes performances grâce à cette bonne ambiance entre élèves. Bémol : administration qui a tendance à mettre des bâtons dans les roues des élèves, et qui n’est pas assez proche d’eux malgré un discours en début de première année ventant cette attitude – qui n’est finalement pas adoptée. Mais c’est en partie contrecarré par une forte implication des professeurs (nous libérer plus tôt plus aller manger, remplacer instantanément des profs absents). <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> De se renseigner auprès d’étudiants étant en prépa, ou en ayant fait une, de discuter avec en posant toutes les questions qui lui viennent à l’esprit ; et une fois la décision prise de se lancer à 100% dans l’aventure pour éviter tout découragement.
  • Flavie, 22ans, a intégré Grenoble Ecole de Management

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Assistante Chargée d’Affaires (stage) <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> De la rigueur et la volonté d’avancer même si on a des difficultés à suivre ou à comprendre certains cours. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Ambiance de travail : intense, mais classe agréable Ambiance de vie : petites sorties entre amis mais peu de temps accordé pour les loisirs (sport,…) <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Cette expérience n’a pas du tout été insupportable. On peut véritablement aller au fond des choses concernant les cours (espagnol, économie,…) et les entrainements écrits et oraux ont été de véritables occasions pour progresser et faire le point sur nos acquis.
  • Julie, 23 ans

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> Etudiante en dernière année à ESCP Europe <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> - des capacités de réflexion et de synthèse - des capacités de travail et de concentration - de la rigueur et de l’efficacité - une meilleure connaissance de soi-même, de sa volonté, de ses limites <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> - très bonne ambiance au sein de la classe, sentiment d’émulation très motivant - la vie en prépa se résume presque entièrement aux cours, aux colles, aux devoirs surveillés, mais ce sont a priori les deux seules années de votre vie où vous pourrez consacrer tout votre temps à développer vos capacités intellectuelles et votre culture (ce qui est quand même un luxe) - quelques moments plus difficiles, notamment au cours de la deuxième année (surmontables !) <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> - la prépa est une excellente formation, qui requiert un gros investissement, mais qui sera rentable dans tous les cas - c’est une chance de pouvoir suivre une formation de cette qualité gratuitement (sachant que les élèves de prépa sont ceux qui coutent le plus cher à l’éducation nationale) - ces deux années d’apprentissage intensif seront largement compensées par trois ou quatre années d’épanouissement total en école, où les opportunités qui s’offrent à nous sont remarquables FONCEZ !!!
  • Jennifer, 22ans

    Bruno GREBILLE
    Créé il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> double diplôme Grenoble Ecole de Management / Sciences Po Grenoble 4ème année <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Beaucoup de connaissances, de méthodes de travail et d’organisation et bien sûr la possibilité de passer le concours des grandes écoles. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Mon cas est particulier, ayant cubé j’ai pu voir 2 « générations » de prépa et les ambiances ont beaucoup varié d’une classe à l’autre. Donc, de façon générale, la bonne ou moins bonne ambiance dépend du groupe et des liens que les gens vont tisser. C’est important de favoriser l’intégration dès le début d’année et de réduire au maximum les tensions qui peuvent se créer, vis-à-vis d’une quelconque compétition notamment. Sinon, le rythme de travail est, évidemment, dense, mais pas insurmontable non plus, l’important c’est de se dégager les plages de temps libres pour décompresser et le reste ira. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> La CPGE n’est pas l’unique moyen d’intégrer une école de commerce. Même les parisiennes sont accessibles en admission parallèle (bien que les places soient moins nombreuses). Les abandons, en début d’année, montrent que le choix de la prépa est souvent mal pris, il doit venir de la volonté de l’élève et non d’une influence autre. Toutes les prépas sont, en plus, différentes (charge de travail, objectifs visés, ambiance de travail), la phase de renseignement est donc aussi importante et le travail d’orientation est souvent (du moins pour ma part) mal fait en terminale. Donc, un conseil peut-être : assister aux portes-ouvertes de l’établissement envisagé, se renseigner auprès d’anciens quand c’est possible et consulter les avis sur L’Etudiant entre autres (attention aux forums sur internet, on y trouve de tout et pas souvent la réalité).
  • Emma, 23 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiante à Euromed Management. <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Mon expérience en classe préparatoire m’a énormément apporté : Sur le plan scolaire/professionnel: culture générale mais aussi rigueur, organisation, méthodologie, capacité à travailler longtemps et de façon intense. Sur le plan humain : soutien, solidarité, échange et partage… Mes amis les plus proches aujourd‘hui sont ceux que j’ai rencontré en classe préparatoire. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Il est évident que durant ces années de classe préparatoire le travail est prédominant. Une journée type : cours de 8h à 12h, déjeuner jusqu’à 12h30, travail personnel de 12H30 à 14h, puis cours jusqu’à 17 ou 18h (parfois plus) et 2h ou 3 h de travail personnel le soir. Même si je garde un excellent souvenir de ces deux années elles ont été pour moi synonymes de stress. Cependant la bonne ambiance et les liens forts crées entre les élèves permettent de supporter ce stress. Le coté paternaliste des professeurs, qui nous connaissent à la fin très, bien permet aussi de tenir le rythme sans nous décourager. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Même si la classe préparatoire est une excellente formation que je ne regrette pas du tout d’avoir suivi, il faut selon moi s’y engager uniquement si on en a réellement l’envie et si l’on est prêt à supporter une charge lourde de travail sans forcément en voir immédiatement les récompenses (les notes sont souvent basses). Les conseils que je donnerais à ceux qui s’y engagent : persévérez même si vous avez le sentiment d’être en dessous, et pensez à bien dormir et vous accorder quelques moments de détente. La classe préparatoire est un marathon, il faut savoir se ménager pour tenir les deux ans et mettre toutes ses chances de son côté lors des concours !
  • Léo, 20 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> étudiant à Rouen Business School <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Rigueur intellectuelle : A partir de connaissances déjà développées et/ou préalablement acquises, être capable de formuler ma pensée de façon intelligible et cohérente (ce qui s’avère parfois difficile quand on a une profusion d’idées et/ou envie d’évoquer beaucoup de sous thèmes accessoires) Choix (en situation d’incertitude) d’optimisation du temps de travail: savoir prendre rapidement des décisions efficientes du point de vue de la méthodologie et de l’importance relative des chapitres .Cet équilibre , je l’ai trouvé en deuxième année seulement (je délaissais les maths qui n’étaient pas pourtant mon point fort pour lire sérieusement tous les polys d’aehsc ce qui s’est avéré être un choix non optimal) . Je parlais d’incertitude au sens où on ne sait pas vraiment instinctivement faire la part des choses entre l’essentiel et le superflu => Ces deux compétences seront valorisées dans le cadre de ma future carrière de manager !! <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> Je dirai que la solidarité est l’élément clé de la prépa ozenne (on l’a bien vu à l’arrivée de nos bizuths de seconde année). Si nous ne travaillions pas en groupe (sauf pour les plus aguerris), les élèves les plus avancés n’hésitaient pas à nous épauler quand ils l’estimaient vraiment nécessaire. J’irai même jusqu’à dire que cette solidarité est partie intégrante du succès académique d’Ozenne ! Attention tout de même : nous avons en première année et deuxième année des professeurs dont les exigences sont parfois trop fortes étant donné l’étendue du travail demandé dans les autres matières, ce qui ne nous pousse pas à faire les choix optimaux évoqués ci-dessus (du moins pour ceux qui ne brillent pas académiquement). Le tout est de consacrer des plages horaires très spécifiques à TOUTES les matières et pas seulement en AEHSC et MATHS (me serais-je trahi ?) <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> De se renseigner de façon approfondie sur le système prépa (ce questionnaire est une bonne initiative) car il ne faut pas renter en prépa si on n’est pas complètement prêt à accepter la charge de travail et d’apprendre une quantité astronomique de choses. Pour faire une analogie : si votre professeur vous dit d’aller en prépa car c’est la meilleure formation possible et que vous êtes bon élève, il s’agit du même discours que celui que vous avez subi deux ans plus tôt pour vous envoyer en S contre votre gré ! Il y a de fortes chances que vous ne soyez par la suite pas dans les têtes de classe et que vous vous découragiez et vous aurez raison car il est vraiment inutile d’avoir fait prépa une fois en école (surtout valable pour la banque ECRICOME) ; cela dessert presque car on a du retard sur les étudiants de fac qui auront eu en outre globalement un concours plus facile. Tout dépend de votre motivation : si vous avez besoin de faire beaucoup d’activités extrascolaires pour pouvoir être efficace une fois devant votre DM de maths, alors ce n’est peut-être pas le choix le plus judicieux, car vous aurez un meilleur équilibre en fac au risque toutefois de ne rien faire. Bref , il faut d’abord se sonder, essayer de bien se renseigner et une fois votre décision prise, foncez et ne regrettez jamais votre choix (même pas LE soir où vous aurez trois colles d’affilée)
  • Céline, 24 ans

    Bruno GREBILLE
    Modifié il y a plus d'un an
    <b>Votre fonction actuelle :</b> International Product Manager Assistant (Ubisoft – stage de fin d’étude) <b>Votre parcours CPGE/Grande Ecole :</b> CPGE Lycée Ozenne / Bordeaux Ecole de Management <b>Que vous a apporté votre expérience en Classe Préparatoire ?</b> Cela m’a permis de mieux me découvrir en tant que personne, d’apprendre beaucoup de chose sur moi et surtout de réfléchir et formuler mon projet professionnel. J’ai également gagné beaucoup de rigueur dans mon travail et une forte capacité de concentration, qui sont aujourd’hui très valorisables dans le cadre de mon travail. Et enfin, une ouverture sur le monde et une certaine culture générale. <b>Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie pendant ces deux (ou trois) années ?</b> J’ai eu la chance d’être en prépa dans ma ville natale, ce qui fait que j’avais déjà un réseau d’amis autour de moi. En-dehors du travail j’avais donc vraiment la possibilité de sortir et de m’amuser pour me changer les idées et sortir du cadre « prépa ». A l’intérieur même de la prépa, nous sommes certes tous là avec le même objectif en tête et la connaissance que les places sont limitées, mais j’ai quand même été agréablement surprise par la bonne ambiance de travail que j’y ai trouvé. Les gens s’entraident, les groupes de travail s’organisent. Et si la pression devient un peu trop forte par moments, nous sommes entourées de personnes qui sont dans la même situation que nous, et qui n’hésiterons pas à nous soutenir. <b>Quels conseils donneriez-vous à un élève de terminale qui envisage cette formation ?</b> Je lui conseillerais de bien réfléchir à comment il s’en sort déjà au stade de la terminale : s’il a déjà l’impression d’être surchargé de travail et qu’il n’arrive pas à s’organiser, alors la prépa risque d’être vraiment compliquée pour lui. De plus, la prépa est réellement dans la continuité du lycée (par rapport à la fac), avec des horaires de cours bien précis et présence obligatoire, des évaluations et donc des notations très régulières, un fort encadrement par les professeurs. Pour un élève qui se sentait étouffé par le lycée, la prépa n’est donc peut-être pas une bonne idée. Pour ceux qui se sentent hésitant par rapport à la prépa mais qui souhaitent malgré tout intégrer une école de commerce, il faut également savoir que certaines écoles sont accessibles depuis la fac par des concours passerelles (en 1ere et 2eme année). Sinon pour tous les autres, la prépa à beau être une expérience qui peut sembler effrayante au premier abord, c’est également une aventure très enrichissante que je ne regrette pas un seul instant d’avoir fait. Il faut s’investir à fond et ce n’est pas toujours facile, mais c’est ainsi que l’on peut tirer le maximum de ces deux années.