En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Classe Préparatoire à l'expertise comptable - DCG

Temoignages d'anciens élèves (suite)

Par CATHERINE CAHUZAC, publié le vendredi 4 septembre 2015 16:58 - Mis à jour le mardi 2 février 2016 16:27

 

Ces témoignages ont été recueillis auprès d'anciens élèves. Ils montrent la diversité des parcours possibles à l'issue du DCG.

 

Maxime FRANCISCO, promotion 2012, expert-comptable stagiaire, (Tarbes)

Après avoir obtenu mon Baccalauréat Scientifique, j’ai décidé de choisir  la filière comptable, avec pour but de devenir expert-comptable. J’ai choisi la voie classique pour y parvenir : DCG – DSCG  (5 ans d’études) puis l’inscription en stage d’expertise-comptable (3 ans de pratique). J’ai donc intégré la classe préparatoire au DCG du lycée OZENNE  à TOULOUSE pendant 3 ans et obtenu le diplôme en  2012.

J’ai un super souvenir de la préparation de mon DCG à OZENNE : avec mes collègues, on a su se servir des avantages de la prépa sans en subir les inconvénients. Les avantages ? Un cadre de travail solide, la qualité des professeurs et des cours dispensés, le suivi régulier et personnalisé des élèves. Cependant, on a gardé à l’esprit qu’à l’arrivée, le DCG est un diplôme d’Etat et non un concours comme pour les prépas classiques, du coup on s’est beaucoup aidé et on a privilégié le travail ensemble. Travailler régulièrement en s’imposant un peu de rigueur et un vrai rythme, tout en sachant relâcher la pression quand il faut, c’est le bon équilibre.

J’ai ensuite suivi la classe préparatoire au DSCG de l’IAE de TOULOUSE pendant deux ans et j’ai obtenu mon diplôme en décembre 2014. Le rythme de travail a été important pour continuer à l’IAE, dans un cadre plus «universitaire». Le niveau du DSCG est élevé et ça demande beaucoup de travail personnel et d’implication, là encore le travail en équipe est primordial.

Pour valider le DSCG, j’ai effectué mon stage à TARBES, dans un cabinet d’envergure régionale, adhérent d’un réseau national. Ce stage m’a notamment permis de découvrir  un autre volet : le commissariat aux comptes. Intégrer une équipe d’audit et traiter de dossiers plus importants m’a appris le travail en autonomie, l’esprit de synthèse  et m’a donné de la hauteur de vue.

Depuis septembre 2014, j’ai été embauché dans ce cabinet, où je fais essentiellement de l’audit. J’ai démarré mon stage d’expertise-comptable dans la foulée et je suis actuellement en deuxième année de stage.

Les clichés sur la profession ont la vie dure, et c’est dommage ! C’est pourtant un métier porteur. En effet, une fois les diplômes en poche, vous pourrez réellement découvrir la profession, et vous apercevoir qu’elle est dynamique, enrichissante et très prenante. Et parfois encore mal connue !

Une chose est également importante : le DCG et le DSCG n’amènent pas qu’à la comptabilité, mais offrent plein d’autres choix possibles : reconnu comme niveau Licence et Master, ils peuvent être des passerelles vers d’autres domaines : droit, contrôle de gestion ou fonction publique sont quelques exemples.

 

Michael ESCUDIE, 26 ans, promotion 2011, Inspecteur des finances publiques, vérificateur à la Direction des Vérifications Nationales et Internationales (DVNI)

 

Mon cursus 

BAC STG spécialité Comptabilité et Finance des Entreprises (2007)

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations (2009)

DCG au lycée Ozenne (2011)

Master Comptabilité et Contrôle Audit à l'IAE de Toulouse (2013)

Admission à l'école nationale des Finances Publiques suite à la réussite du concours d'Inspecteur des Finances Publiques (septembre 2013)

Vérificateur en brigade de vérification à la DVNI à Pantin dans le 93 (depuis septembre 2014)

 

Mon poste actuel 

 

A l'issue d'un cursus de 8 ans de comptabilité, j'ai décidé, sur les conseils d'une amie, de passer le concours d'inspecteur des finances publiques.

J'ai obtenu ce concours durant ma deuxième année de master et j'ai donc intégré l'école de formation à Clermont-Ferrand.

 

Le métier de vérificateur, en brigade de vérification à la DVNI, me permet d'utiliser les compétences aussi bien comptables que juridiques acquises durant mes études. La formation à l'école permet également d'acquérir le langage «maison» et des notions primordiales à l'exercice de mes tâches mais c'est l'expérience sur le terrain qui est la plus formatrice.

En quelques mots, je m'occupe du contrôle fiscal des grosses sociétés au niveau national dans le secteur automobile. Je me déplace dans les locaux de la société vérifiée afin d'analyser l'ensemble des documents comptables, juridiques, fiscaux... et d'en tirer d'éventuelles conséquences fiscales si besoin.

Le sens du dialogue, le goût pour le travail en équipe et un travail de recherche et d'analyse juridique et comptable sont des qualités nécessaires à l'exercice de ce métier.

 

Si je peux donner un seul conseil : ne fermez pas à la porte à un avenir autre que le milieu comptable, les concours de la fonction publique d’État peuvent être une véritable opportunité de carrière où vos compétences sont aussi très recherchées.

Un bémol tout de même : l'affectation géographique et le poste exercé dépendent de l'ancienneté administrative dans la fonction publique, donc en tant que jeune actif sans ancienneté comme moi, il est très difficile d'obtenir un poste précis dans la région de son choix.

Mais la diversité des postes proposés et l'attractivité de la rémunération au sein du Ministère de l'Economie et des Finances compensent largement cet inconvénient.

 

 

Maeva FAVIER, promotion 2013,  Titulaire d’un Master Ingénierie et Management des Organisations Sportives (IMOS)


Après le DCG,  je me suis orientée vers  un Master Ingénierie et Management des Organisations Sportives à l'IAE de Toulouse. Ce choix m'a plutôt bien réussi puisque j’ai été major de promo en première année. En effet,  grâce au DCG  j'avais un avantage certain sur beaucoup de matières enseignées en M1. Je suis partie 4 mois à Caen pour faire mon stage au sein des Jeux Équestres Mondiaux. Ce stage a été très formateur sur de nombreux points mais fut très éprouvant.

Pour valider le Master, j'ai commencé le 23 mars dernier mon stage de 6 mois au sein du service Développement de la Fédération Française d’Équitation à Lamotte Beuvron, tout près d'Orléans.

Les missions proposées sont intéressantes, le stage reste dans un domaine que j'affectionne tout particulièrement et se rapproche plus de ce que je voudrais faire plus tard car l'événementiel pur et dur comme les Jeux Équestres Mondiaux c'est très prenant et  c'est un choix de vie très particulier.

La Fédération Française d’Equitation  recherche souvent des personnes donc pourquoi pas démarrer ma vie professionnelle dans la fédération de mon sport favori ?

 

 

Pierre ARMAN, promotion 2010, Senior Solution Consultant MENA (Middle East North Africa) at Thomson Reuters, (Dubaï)

Mon parcours est un peu atypique par rapport au cursus de l’expertise comptable. En effet, après  mon DCG,  j'ai fait un Master en affaires internationales à Londres (Master's degree in International Business  from Hult International Business School) et j'ai démarré dans la vie active sur place, en travaillant dans une société  qui fait du conseil en placement. 

A l'heure actuelle,  je travaille pour Thomson Reuters, qui en plus de faire des news (Reuters), a également plusieurs divisions qui proposent  des solutions logicielles, notamment une division de comptabilité et fiscalité. Ma mission  est de faire du consulting pour les grosses entreprises (les seules qui ont les moyens de s'offrir nos logiciels) sur l'optimisation de leurs plateformes technologiques en terme de fiscalité et comptabilité, dont par exemple comment savoir en temps réel, si elles se sont acquittées des différents impôts et taxes qu'elles doivent dans les pays ou elles opèrent, l'automatisation au niveau transactionnel d'un ERP système pour savoir quel taux de TVA appliquer, à quelles transactions, en prenant en compte les différentes règles des différents pays en Europe et aux Etats-Unis etc... 

Après avoir occupé cette fonction 3 ans à Londres, je suis aujourd’hui en poste à Dubaï  en tant que consultant senior, avec comme objectif de développer notre implantation dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nord. C'est un peu comme si j’étais dans une start-up avec une totale liberté pour atteindre notre objectif mais avec les moyens d'une multinationale. Un beau défi à relever !

 

 

Marie CHIFFLET, promotion 2013, Contrôleur de gestion, (Toulouse)

Après avoir obtenu mon Baccalauréat STG Comptabilité et Finance d’Entreprise, j’ai intégré la classe préparatoire au DCG du lycée Ozenne et obtenu le diplôme en 2013.

Intéressée par le contrôle de gestion, j’ai poursuivi mes études et préparé le DSCG en alternance par le biais d’un contrat de professionnalisation. J’ai ainsi intégré le service gestion d’un franchiseur d’une vingtaine d’agences de travail temporaire. Ma mission consistait à superviser les reportings mensuels, répondre aux questions comptables des assistantes de gestion des agences et animer des formations.

Grâce à cette expérience, j’ai appris à écouter les demandes des franchisés et à y répondre avec le plus de précision possible. J’ai aussi pu conseiller les responsables d’agence.

A l’issue de cette formation, j’ai été embauchée en CDI dans cette même entreprise.

Préparer mon DSCG en alternance dans une entreprise correspondait à mon projet professionnel lorsque j’ai intégré la classe préparatoire au DCG. Cela a été très enrichissant pour moi et m’a permis d’obtenir mon DSCG en 2015. Cependant, cela reste difficile car il faut concilier le travail en entreprise et l’assimilation du programme de DSCG qui est très dense.

La filière de l’expertise comptable mène à de multiples horizons tous aussi intéressants les uns que les autres : comptabilité, contrôle de gestion, finances publiques, droit ... 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe