En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Classe Préparatoire à l'expertise comptable - DCG

Temoignages d'anciens élèves

Par FRANCOISE CALMELS, publié le mercredi 10 juin 2015 12:02 - Mis à jour le mercredi 16 septembre 2015 15:34

Ces témoignages ont été recueillis auprès d'anciens élèves. Ils montrent la diversité des parcours possibles à l'issue du DCG.

 

Nadia BONNAUD , 30 ans, promotion 2005, expert-comptable et Commissaire aux Comptes associée du GROUPE 2B (Villefranche de Rouergue)

Après avoir effectué 5 ans d’études, DECF au lycée Ozenne à Toulouse et DESCF à l’IAE de Toulouse, et plusieurs stages dans différents cabinets d’expertise comptable, je suis devenue Chef de mission – Expertise comptable et Audit chez  Ernst & Young à Montpellier (34). A cette occasion j’y ai effectué mon stage d’expertise comptable en vue de l’obtention du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC) que j'ai obtenu en Juin 2012.

En 2010 j'ai décidé d'intégrer le GROUPE 2B en tant qu'expert-comptable et Commissaire aux Comptes associée. Il s'agit d'un cabinet composé de 26 collaborateurs et 4 Experts comptables associés. Nous possédons 3 cabinets sur  Villefranche- de-Rouergue (Aveyron) et 1 cabinet sur la région Montpelliéraine, à St Jean de Védas.

Mon métier, aujourd'hui consiste à conseiller des chefs d’entreprises pour les aider à se développer, à gérer leur croissance et faire face aux aléas économiques tout en maintenant leur objectifs personnels.

Je passe enfin beaucoup de temps à organiser le cabinet pour faire face à notre propre croissance. Il s’agit de faire les bons choix technologiques, donner de nouvelles impulsions, encourager et former les équipes, déléguer,  contrôler.

Au quotidien, j'aime mon métier car il offre des aspects très variés qui peuvent être très humains et en même temps très techniques

Devenir expert comptable, c'est aussi avoir une vie professionnelle dynamique et qui n'est pas menacée par le train-train routinier...

 

Cédric BOUYSSAVIE, 25 ans, promotion 2010, expert-comptable stagiaire (Paris)

Après avoir effectué 5 ans d’études (DCG au lycée Ozenne à Toulouse, Master CCA à l’IAE de Toulouse et DSCG en candidat libre), et plusieurs stages dans différents cabinets d’expertise comptable, je suis devenu collaborateur dans un cabinet international, le cabinet Ernst & Young à Paris-La-Défense (92). A cette occasion j’y effectue mon stage d’expertise comptable en vue de l’obtention du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC).

Personnellement, je constate notamment trois atouts dans le fait de réaliser le stage d’expertise comptable :

- L’acquisition d’une expérience professionnelle : 3 ans minimum de pratique professionnelle étant requis dans le cadre du stage, dont 2 au minimum dans un cabinet d’expertise comptable/commissariat aux comptes ;

- Une certaine prise de recul sur les différentes tâches effectuées et méthodes utilisées : les rapports semestriels permettant de prendre de la hauteur sur les différentes tâches/missions effectuées ; les journées de regroupement en présentiel permettant d’échanger avec les autres experts comptables stagiaires sur les méthodes utilisées, quelle que soit la taille des différents cabinets ou leurs éventuelles spécialités ;

- La préparation au Diplôme d’Expertise Comptable : le DEC est en effet indispensable pour pouvoir s’installer à son compte mais est également très recherché sur le marché du travail pour ceux qui souhaiteraient s’orienter vers une direction financière en entreprise par la suite.

Bien que la réalisation du stage d’expertise comptable nécessite un certain investissement personnel, cela reste avant tout une expérience très enrichissante.

Par ailleurs, l’expert-comptable stagiaire étant également salarié du cabinet dans lequel il effectue son stage (donc rémunéré), je conseillerais à tous les diplômés du DSCG de réaliser le stage d’expertise comptable, celui-ci permettant d’aller au bout de la filière.

 

Mathilde Fouque, 27 ans,  promotion 2008, Junior MI Accountant (Londres)

Après avoir obtenu le DCG au lycée Ozenne (Toulouse) en 2008, le Master CCA à l’IAE de Toulouse et le DSCG en candidat libre en 2010, j'ai décidé de m'installer à Londres. J'ai trouvé un travail dans une entreprise du secteur de la finance dans la City en tant que contrôleur de gestion.

Dans ce secteur cela consiste, entre autres, à calculer les profits et pertes des traders, préparer les rapports d’activités périodiques (analyse et répartition des coûts, analyse des revenus, etc...), calculer des commissions et bonus (!), préparer des budgets, aider à la préparation des états financiers consolidés, aider à l'audit, préparer des déclarations de TVA, etc...

En parallèle, je prépare aussi l’équivalent anglais du DEC (ACA). Ce diplôme consiste en 15 examens (dont une étude de cas finale) et 3 ans minimum d’expérience. En principe, il est donc similaire au DEC et est reconnu en France sous réserve de participer à des formations de mise à niveau en fiscalité et droit français.

Lorsque j’ai fait mon choix d’études et décidé de passer le DCG, je n’aurai jamais pensé que cela m’offrirait des possibilités de carrière dans le monde de la finance londonienne. Cela prouve que les diplômes de comptabilité et gestion offrent des bases solides pour une grande diversité de compétences et que les débouchés ne se limitent pas aux cabinets d’expertise comptable.

 

Sonia CHETIOUI, 25 ans, promotion 2011,  Expert-Comptable stagiaire (Paris)

Originaire de Toulouse, je suis actuellement auditrice et Expert-comptable stagiaire au sein d’un cabinet de taille humaine situé à Paris.

Issue des classes préparatoires du lycée Ozenne, après avoir obtenu un BTS GCO en 2009, mes professeurs m’ont encouragée à poursuivre en DCG. L’équipe enseignante du lycée Ozenne étant attachée à la réussite de chacun, m’a donné l’envie d’aller plus loin. Après avoir obtenu le DCG, ayant une ambition grandissante, et une curiosité de plus en plus prononcée envers les multiples facettes de la filière, j’ai décidé de poursuivre mes études en intégrant la classe préparatoire au DSCG de l’IAE de Toulouse.

Le DSCG offre de nombreuses opportunités de travail : en entreprise, au sein d'un service administratif et financier ou au sein du service d’audit interne ou en cabinet, au sein d’un pôle expertise-comptable, social, consolidation, commissariat aux comptes ou audit exceptionnel. De nombreux cabinets permettent d’intervenir sur plusieurs de ces pôles, ce qui rend le métier d’autant plus intéressant. De plus le marché du travail est très clément pour les jeunes diplômés, j’ai été embauchée en CDI à la suite du stage de 6 mois réalisé dans le cadre du DSCG. Mon choix s’est orienté vers le cabinet afin de pouvoir continuer en stage d’expertise comptable et obtenir le DEC. Le DEC eétantindispensable pour s’installer à son compte et exercer son activité en libéral ou sous forme de société.

Mon travail se compose de missions d’audits légaux (certification de comptes sociaux), d’audits exceptionnels (valorisation de société), et d’audits de comptes consolidés. La clientèle du cabinet est très variée (association, parti politique, sociétés commerciales, groupes, holding… présents dans des secteurs divers : de l’automobile de luxe, de la pâtisserie de luxe, des médias, du HLM, de l’environnement, de l’industrie …).

Bien que ces métiers demandent un investissement personnel certain, je ne regrette en rien mes choix qui ont fait de mon quotidien, un quotidien rempli de rencontres, de recherches et de découvertes.

En espérant que ce témoignage vous ait donné envie de tenter l’aventure…

 

Marine POUPONNEAU, 24 ans, promotion 2012, Inspectrice des finances publiques (PANTIN)

A la suite des trois années de préparation du DCG (Diplôme de Comptabilité et de Gestion) effectuée au lycée Ozenne, j'ai préparé le concours d'inspecteur des Finances Publiques au sein du CPAG (Centre de Préparation à l’Administration Générale) de l'Institut des Études Politiques de Toulouse.

Une fois le concours en poche, une année de formation à l’École Nationale des Finances Publiques (sur le site de Clermont-Ferrand ou de Noisiel) est nécessaire avant d'être en poste.

L'administration des Finances Publiques issue de la fusion des Impôts et du Trésor Public propose une grande variété de métiers, principalement en lien avec la fiscalité des entreprises ou des particuliers, la comptabilité publique mais aussi l'aide aux entreprises en difficulté par exemple.

Depuis l'année dernière, je suis affectée à la DVNI (Direction des Vérifications Nationales et Internationales). Cette structure est chargée du contrôle fiscal des grandes entreprises françaises ; chacune des brigades de vérification étant spécialisée sur un secteur d'activité.

Mon métier consiste à vérifier l'exactitude des déclarations fiscales des sociétés de mon portefeuille. Les déplacements sont fréquents dans la France entière. Notre environnement de travail change régulièrement. De plus, une très grande autonomie nous est offerte, tant dans l'organisation de ces déplacements que dans le déroulement du contrôle, ce qui selon moi constitue un avantage.

Les connaissances et compétences acquises durant ces trois années d'études au lycée Ozenne m'ont permis de réussir le concours et sont des bases solides et indispensables à l'exercice de mon métier.

 

Jennifer GASMI, 27 ans, promotion 2010, professeure agrégée d’économie et gestion

Après un BTS au lycée Gabriel Fauré (Foix 09), j’ai intégré la deuxième année de préparation au DCG, au sein du lycée Ozenne. J’ai poursuivi ma formation en DSCG, obtenu en 2012.

Professionnellement, j’ai mené deux périodes fiscales en cabinet comptable en tant que collaboratrice.

En 2014, j’ai préparé le concours de l’agrégation d’économie et gestion, option  finance et contrôle en tant qu’auditeur libre au sein de l’Ecole Normale Supérieure de Rennes. Les connaissances théoriques et pratiques acquises durant mon cursus de formation comptable m’ont permis d’obtenir la troisième place du concours.

En septembre 2015, je rejoins l’équipe pédagogique de la section DCG du lycée Marie Curie de Tarbes en tant que professeure chargée de l’enseignement du droit fiscal. 

Les deux années passées au sein du lycée Ozenne m’ont permis de profiter d’une formation complète (y compris dans les matières pour lesquelles je bénéficiais d’une dispense), indispensable pour poursuivre une formation en DSCG de façon optimale. De plus, il s’agit d’une formation largement reconnue par les professionnels de la comptabilité. L’ambiance studieuse et basée sur l’entraide est idéale pour préparer efficacement le DCG.

 

Jessie MANENT, promotion 2011, responsable de portefeuille,  en cabinet d’expertise comptable (Toulouse)

Après avoir obtenu le DCG, j'ai décidé de préparer le DSCG en alternance, afin de pouvoir acquérir de l'expérience professionnelle.

J'ai souhaité m'orienter vers le contrôle de gestion en entreprise plutôt que vers un cabinet d'expertise comptable. En effet, il s'avère que le contrôle de gestion en dernière année de préparation au DCG m'avait vraiment intéressée et je souhaitais approfondir ce domaine. J'ai donc intégré le service gestion et comptabilité du siège social d'une franchise d'agences de travail temporaire.

Durant mes deux années de contrat de professionnalisation, au terme duquel,  j'ai obtenu une embauche en CDI, j'ai pu mettre en application la théorie que nous avions apprise tout au long de notre cursus du DCG.  Je gérais 40 agences pour lesquelles je réalisais le reporting mensuel, je répondais aux questions comptables (saisie, TVA, déclarations sociales et fiscales) des assistantes de gestion au sein des agences de travail temporaire et j'animais des formations.

De plus, le contact avec les clients dans notre métier est très important. J'ai pu apprendre à écouter et conseiller les franchisés (entrepreneurs indépendants) et répondre à des questions spécifiques de chefs d'entreprise.

Lorsque j'ai été diplômée du DSCG en 2013,  j'ai déposé mon CV ainsi qu’une lettre de motivation sur le site de l'Ordre des Experts Comptables de Toulouse Midi-Pyrénées. J'ai donc débuté mon expérience dans un cabinet d'expertise comptable à taille humaine et je suis responsable d’un portefeuille d'environ 50 clients (BIC, BNC, BA, IS, IR...) en totale autonomie : saisie, déclarations fiscales et sociales, liasses fiscales.

 Le choix de débuter en entreprise et non en cabinet m'a permis de réviser en continu sur toute l'année et d'obtenir ainsi mon DSCG. En effet,  le rythme de travail  en cabinet est vraiment soutenu,  notamment lors de la période fiscale. La charge de travail en entreprise est répartie plus équitablement sur toute l'année.

Choisir l'alternance est certes très enrichissant mais plus difficile car le programme de DSCG reste quand même conséquent et très dense.

Je souhaite actuellement avoir de l'expérience en Cabinet avant de débuter le stage d’expertise comptable.

 

Maryame Regragui, 28 ans, promotion 2012, Collaboratrice, (Toulouse)

Titulaire d’un Bac professionnel option comptabilité, j'ai intégré le lycée Ozenne au sein duquel j'ai obtenu un BTS CGO et ensuite le DCG en 2012. Ces quatre ans d’études passés au lycée Ozenne ont conforté ma voie professionnelle grâce à une équipe passionnée ainsi que la volonté de réussir.

Actuellement en cours de validation de ma deuxième année de DSCG, je suis également embauchée en tant que collaborateur comptable au sein d'un cabinet toulousain comptant plus de 150 salariés à ce jour.

Je gère un portefeuille clients très varié composé notamment de SARL, de SA et de SAS de toutes activités et tous secteurs.

Ma mission consiste à collecter et saisir des données comptables et établir les déclarations sociales et fiscales. Par ailleurs, j’assiste le client lors des événements que l’entreprise rencontre au quotidien ou de manière occasionnelle : augmentation de capital, projet d’investissement, fusion ou encore lors d’un contrôle fiscal. Enfin, je participe à l’établissement des comptes annuels, des liasses fiscales et des annexes.

Ce poste correspond parfaitement à mes aspirations professionnelles car mes compétences sont reconnues à la fois par l’expert-comptable référent ainsi qu’auprès du client lors de l’entretien annuel. De plus, mes connaissances sont sans cesse développées du fait de la diversité des dossiers.

Il s’inscrit également dans le cadre de mon projet professionnel, stagiaire expert-comptable puis expert-comptable.